loi-pinel-2018

Loi Pinel 2018

21/12/2017
 Prenant le relais de la loi Duflot en septembre 2014, la loi Pinel se montre beaucoup plus intéressante...

Ses nombreux atouts permettent à cette loi de défiscalisation de rencontrer un franc succès. Sa fin était malgré tout attendue pour le 31 décembre 2017. Qu’allait décider le gouvernement ?

Soucieux de maintenir un dispositif intéressant, qui permet de relancer l’immobilier neuf, le gouvernement a décidé de reconduire la loi Pinel pour 4 ans, jusqu’au 31 décembre 2021.

Si ces nombreux avantages sont maintenus, notamment les réductions d’impôts, quelques ajustements sont à prévoir. Comme par exemple, l’éligibilité des villes à la loi Pinel.

L’objectif principal, est de répondre à un déséquilibre entre l’offre et la demande de logements neuf dans les grandes agglomérations, dans des villes ou la demande est supérieure à l’offre, ce qui a pour conséquence d’augmenter les prix.

Dans cette optique, le gouvernement a en effet jugé qu’il n’y avait pas de manque de logements dans les zones B2 et C. Ces zones sont donc exclues du dispositif Pinel.

Pinel-Lyon

 

Avantages de la loi Pinel 2018

  • UNE REDUCTION D’IMPOTS ELEVEE

Les avantages fiscaux de la loi Pinel en 2018 sont conservés. Ils dépendent de la durée de location :

  • 21% du prix de l’investissement pour 12 ans de location
  • 18% du prix de l’investissement pour 9 ans de location
  • 12% du prix de l’investissement pour 6 ans de location

 

  • LA CONSTITUTION D’UN PATRIMOINE

La loi Pinel 2018 permet de se constituer un patrimoine immobilier, rentable avec un risque limité et maîtrisé.

 

  • INVESTIR SANS APPORT

Le dispositif Pinel permet d’avoir recours à l’emprunt immobilier, sans avoir la nécessité de fournir un apport initial.

 

  • PREPARER SA RETRAITE

L’investissement en Loi Pinel permet de préparer sa retraite sereinement. L’investisseur pourra ainsi conserver le bien et en percevoir un loyer, ou revendre l’appartement Pinel pour disposer d’un capital.

 

  • LOUER À SA FAMILLE

Une des nouveautés de la loi Pinel 2018 par rapport à l’ancienne loi Duflot, est la possibilité de louer à sa famille. Ainsi, des parents peuvent acheter un logement neuf grâce au dispositif Pinel et y loger leur(s) enfants(s) tout en profitant des avantages fiscaux de la loi Pinel.

Nous contacter

 

Éligibilité Loi Pinel 2018 : les conditions

  • L’acquisition d’un logement neuf
  • L’appartement neuf doit être situé dans les zones Pinel 2018 éligibles A, A bis, et B1
  • Le logement doit être mis en location pendant 6, 9 ou 12 ans.
  • La limite de l’investissement est de deux logements par, pour un maximum d’investissement de 300 000 € par an, et un plafond de 5 500 €/m2
  • Vous devez respecter un plafond de ressources du locataire et un plafond de loyer selon la ville dans laquelle se trouve l’appartement neuf
  • La bonne application des normes de performance thermique et énergétique BBC 2005 ou RT 2012.
  • Dans le cas où le locataire est un ascendant ou un descendant du propriétaire, il ne doit être membre du foyer fiscal
  • Le respect du plafonnement des avantages fiscaux à 10 000 €/an

 

Loi Pinel 2018 : les changements

Les lois de défiscalisation dans l’immobilier neuf existent depuis 1986, la loi MEHAIGNERIE.

L’objectif était de relancer la construction de logements neufs. Depuis de nombreux dispositifs se sont succédés au gré des ministres (Pons, Périssol, Paul, Besson, Demessine, Robien, Borloo, Scellier, Duflot…).

Si ces dispositifs ont permis à de nombreux investisseurs de réaliser de très belles opérations, d’autres ont eu moins de réussite, faute d’un emplacement de qualité et d’une demande locative suffisante. Nous ne le rappellerons jamais aussi, la sélection du bien est essentielle, l’analyse du marché locatif est primordiale…

Conscient de ce phénomène, le gouvernement a décidé de recentrer le dispositif dans des zones « tendues », où la demande reste en théorie supérieure à l’offre de biens disponibles.

C’était le principal changement annoncé de la loi Pinel pour 2018, la loi Pinel devait concerner uniquement les villes appartenant aux zones A, A Bis, et B1, les villes appartenant aux zones B2 et C devaient ainsi été exclues du dispositif.

Au total, 900 villes devaient être exclues dès le 1er janvier 2018, cet amendement allait dans le bon sens. Malheureusement, un autre amendement voté par les députés permet finalement à ces villes de garder les agréments.

Ces villes en question, comptent au maximum 10 000 habitants, la demande locative y est forcément faible. On retrouve Langres, Givet ou encore Luxeuil-les-Bains. Le taux de vacances locatives y est élevé : entre 10 et 17 %. Nous déconseillons d’investir dans ce type de commune où la demande locative est trop faible.

Simulation personnalisée